Nanterre se mobilise face à l’urgence climatique

La transition écologique sera un axe majeur du prochain mandat municipal. Face à l’urgence climatique, les communes ont un rôle essentiel à jouer pour promouvoir un nouveau modèle de développement et de vie, autant respectueux des êtres humains que de la nature. Nanterre, qui a été l’une des premières villes de France à se doter d’un plan climat, a la volonté de donner un coup d’accélérateur à sa politique écologique à travers 21 engagements précis, concrets, évalués et chiffrés

NOUS NOUS ENGAGEONS A…

Cette instance composée d’élus de la majorité et de l’opposition, et largement ouverte à la société civile, aux associations environnementales et à des personnalités qualifiées, sera force de propositions auprès de la municipalité, d’évaluation des politiques publiques environnementales et des résultats obtenus. Ce conseil se réunira au moins deux fois par an et rendra un avis public.

Cet objectif sera calculé au mètre carré afin de prendre en compte d’éventuels équipements communaux nouveaux. La réduction des émissions de gaz à effet de serre sera soutenue et encouragée dans tous les domaines.

ce qui traduira par la recherche systématique de verdissement des places, cours d’écoles, façades, toitures, etc.

afin de permettre aux riverains qui le souhaitent de végétaliser, d’embellir l’espace public situé à leur proximité, de semer ou planter dans des jardinières existantes, au niveau des pieds d’arbres, ou dans des parterres cultivables.

pour financer des projets associatifs autour de trois objectfs : la réduction des déchets, la consommation responsable, la solidarité

afin de mettre en œuvre un plan de développement de pistes cyclables, d’aménagements et de services qui mobilisera un investissement d’au moins 5 millions d’euros sur la durée du mandat.

pour la sécurité des cyclistes, des piétons et favoriser les liaisons douces sur nos voiries communales.

afin de promouvoir l’utilisation du vélo dans une démarche sportive et de loisir.

avec une mise en place effective de la zone à faible émission afin de verbaliser les véhicules les plus polluants, en liaison avec la Métropole du Grand Paris dont c’est la responsabilité.

afin d’aller au-delà de l’obligation fixée par la loi en 2022. Nous voulons atteindre 50% d’ici la fin du mandat et tendre vers les 100% dans dix ans. Pour cela, la ville mettra en place un partenariat pour des productions bio ou locales dans un rayon de 200 km maximum. Ces sites de production pourront également accueillir des écoles, centres de loisirs et habitants pour des ateliers et actions pédagogiques.

et exclure de nos commandes les œufs, laitages, poissons et viandes provenant d’élevages intensifs afin de contribuer au respect de la condition animale

avec un objectif de réduction du volume de déchets de 7% par habitant entre le début et la fin du mandat et la mise en place en 2025 d’une solution de tri à la source et/ou de collecte pour les déchets fermentescibles, comme l’exige la loi de transition énergétique.

afin de composter une partie des biodéchets des bâtiments municipaux, marchés et particuliers

annuellement et un développement des actions d’éducation à l’environnement.

avec d’autres communes pour obtenir de l’Etat l’interdiction totale des pesticides en zone habitée et contraindre le groupe TOTAL à adopter un plan de vigilance climatique conforme aux obligations légales.

la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

en examinant les aménagements et modalités de ce dispositif avec les commerçants du centre-ville

en pleine terre, via un appel à projets, une véritable production pour sensibiliser, créer du lien, dans une logique d’économie circulaire

en 6 ans, permettant ainsi de diminuer l’intensité lumineuse de notre éclairage public de 50% entre 22h00 et 5h00.

afin de tendre vers le zéro déchet.

pour une meilleure gestion des ressources naturelles et énergétiques